L’AIGLE DE LA NEUVIèME LéGION
The Eagle - Etats-Unis / Angleterre - 2011
Image plateforme « DVD »
Image de « L’Aigle de la Neuvième Légion »
Genre : Aventure, Peplum
Réalisateur : Kevin Macdonald
Musique : Atli Örvarsson
Image : 2.35 16/9
Son : Français et anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 110 minutes
Distributeur : Metropolitan
Date de sortie : 8 septembre 2011
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L’Aigle de la Neuvième Légion »
portoflio
site officiel
LE PITCH
En 140 après J.-C., l’Empire romain s’étend jusqu’à l’actuelle Angleterre. Marcus Aquila, un jeune centurion, est bien décidé à restaurer l’honneur de son père, disparu mystérieusement vingt ans plus tôt avec la Neuvième Légion qu’il commandait dans le nord de l’île. On ne retrouva rien, ni des 5000 hommes, ni de leur emblème, un Aigle d’or. Après ce drame, l’empereur Hadrien ordonna la construction d’un mur pour séparer le nord, aux mains de tribus insoumises,...
Partagez sur :
Tous les chemins

Après la vision politico-métaphysique (Alexandre), la métaphore patriotique (Troie), l'aventure romantique (Gladiator), le récit de la fin d'un monde (La Dernière Légion) ou même le « presque film d'horreur » (Centurion), le péplum se déguste depuis quelques années à toutes les sauces. Sans indigestion, L'Aigle de la Neuvième Légion, c'est un peu tout cela à la fois.

 

Si The Eagle (titre original plus court et moins scolaire) partage avec le Centurion de Neil Marshall, sorti quelques mois plus tôt, de nombreux points communs aussi suspicieux qu'étranges, il s'en dégage néanmoins rapidement une vision plus globale. Conçu comme un survival burné, le premier inscrivait efficacement son récit dans une trajectoire unique où la découverte du territoire « autre » et l'obtention de l'item « magique » se faisaient dans la sueur et le sang. Ancien documentariste pertinent et surtout réalisateur de l'irréprochable Dernier Roi d'Ecosse, Kevin MacDonald observe le péplum comme le genre généreux et ample qu'il était autrefois. La mise en image est ici résolument moderne, cherchant plus le réalisme que le clinquant, mais The Eagle tente à l'évidence de renouer avec les fresques d'aventure de l'âge d'or, où ces histoires d'hommes en jupettes faisaient autant parler les glaives que les langues (sans mauvais jeux de mot). Surtout cantonné pour l'instant aux contextes modernes et plus psychologiques, MacDonald se montre pourtant particulièrement capable dans la mise en images de ses quelques scènes de batailles.

 

SPQR

 

Crues, frontales mais discrètement chorégraphiées, ces dernières ne se bornent pas à faire revivre avec réalisme la tension des affrontements de l'époque ; elle resituent admirablement les enjeux dramatiques liés aux personnages, en l'occurrence le romain Marcus Aquila (Channing Tatum) et le celte Esca (Jamie Bell), deux guerriers hantés par la gloire (ou le déshonneur) de leurs paternels respectifs, engoncés dans les postures de leurs cultures. Leur relation maître-esclave va, cinéma oblige, glisser logiquement vers l'amitié virile et donc la compréhension, avec en toile de fond, comme dans le roman original de Rosemary Sutcliff, une étonnante réflexion sur la collaboration américano-anglaise. En brassant les différentes couches de lecture, s'extériorisant parfois vers la quête métaphysique à la Apocalypse Now, revenant à rebours sur une dernière partie héroïque mais platement classique (Deus Ex Machina facile, Happy End, patriotisme déplacé), L'Aigle de la Neuvième Légion perd parfois son identité, ou en tout cas une finalité claire. Il reste cependant un long-métrage parfois exaltant, souvent plastiquement bluffant (en partie grâce au directeur de la photographie Anthony Slumdog Millionaire Dod Mantle), en tout cas suffisamment accrocheur et ambrassant avec une certaine classe l'idée du voyage en terre barbare pour y découvrir sa propre barbarie. On reconnaît bien là le réalisateur du Dernier Roi d'Ecosse, thématiquement plus à l'aise que sur les jeux de pouvoir, même si certaines pistes (les hommes peints du fin fond des Highlands fleurant bon l'hommage au 13ème Guerrier de Mc Tiernan) reste désespérément en jachère.

Nathanaël Bouton-Drouard



 



Partagez sur :
 

Image :
Voyage esthétique (voir comment certaine teintes sont discrètement rehaussées dans le cadre) autant que musclé, L'Aigle de la Neuvième Légion se pare d'une image particulièrement soignée. Un travail auquel Metropolitan rend joliment hommage, poussant les capacités du DVD dans ses derniers retranchements avec une colorimétrie vivace et riche, et un piqué impressionnant. Les noirs tiennent la route et la compression ne décroche que très rarement, et toujours discrètement.

 

Son :
L'éditeur garde ses pistes DTS pour le format blu-ray, pourtant, force est de constater que le Dolby Digital 5.1 en présence est sérieusement efficace. Donnant aux musiques d'Atli Örvarsson une belle évocation (à défaut de dissimuler leurs nombreux emprunts), soutenant avec force les élans guerriers du long-métrage tout en replaçant avec naturel ses voix et bruitages, le mixage (autant en VF qu'en VO) appuie remarquablement l'ambition du projet.  

 

Interactivité :
Il ne faut pas toujours que les cadeaux soient pour les mêmes. Les américains doivent se contenter de certains bonus réduits à peau de chagrin (une featurette de 5 minutes... pff), alors que, pour le coup, les éditions européennes peuvent se vanter de profiter d'un véritable making of retraçant les premières heures du projet et le tournage à grands renforts d'interviews et d'images prises sur le vif. Pas forcément extraordinairement original, mais bien conçu et intéressant, le documentaire accompagne à la perfection le commentaire audio du réalisateur, précis certes, mais pas toujours des plus rythmés. Le reste n'est pas forcément anecdotique non plus : des interviews supplémentaires des acteurs, une fin alternative moins primaire et des scènes coupées méritantes, dont une course de chars joviale et quelques dialogues éclairants.

 

Liste des bonus : Commentaire audio de Kevin Macdonald, Scènes coupées (6'), Fin alternative inédite (4'), Making of (47'), Entretien avec Tahar Rahim, Jamie Bell et Kevin Mac Donald (30'), Bande annonce

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023