JOURNéE NOIRE POUR UN BéLIER
Giornata nera per l’ariete / The Fifth Cord - Italie - 1971
Image plateforme « DVD »
Image de « Journée noire pour un bélier »
Réalisateur : Luigi Bazzoni
Musique : Ennio Morricone
Image : 2.35 16/9
Son : Italien et français mono
Sous-titre : Français
Durée : 89 minutes
Distributeur : Le Chat qui fume
Date de sortie : 19 janvier 2016
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Journée noire pour un bélier »
portoflio
LE PITCH
Témoins d’une violente agression, Walter et son amie Julia en parlent à Andrea Bild, journaliste spécialiste en affaires criminelles. Celui-ci décide de mener son enquête, malgré l’opposition de la police. Bientôt, c’est sur lui que se portent les soupçons d’une série de crimes dont il devra retrouver le meurtrier pour s’innocenter.
Partagez sur :
présages

Autrefois distribué succinctement en VHS sous le titre Jour maléfique, Journée noire pour un bélier est un giallo rare en France, pourtant des plus respectables d'autant plus qu'il affiche un Franco Nero magnétique.

Un essai du genre assez méconnu, sans doute parce que son réalisateur ne peut se vanter, comme nombre de ses collègues, d'une filmographie à rallonge. Peu de films donc, mais des productions aussi étonnantes et particulières que L'Homme, l'orgueil et la vengeance avec Nero et Klaus Kinski dans lequel il revisite en mode western l'opéra Carmen, ou le thriller mâtiné de SF Le Orme. Au milieu de ces deux là trône fièrement son unique giallo comme pour apporter sa pierre à un édifice qui en ce début des années 70 ne cessait de s'imposer depuis le succès de L'Oiseau au plumage de cristal. Journée noire pour un bélier partage d'ailleurs avec l'œuvre séminale de Dario Argento la présence du grand directeur de photographie Vittorio Storaro (Apocalypse Now, Ladyhawke) qui sculpte un décorum contemporain avec un mélange de réalisme froid et de travail renversant sur le clair-obscur, qui presque à lui seul distille une sensation inquiétante, légèrement horrifique, en particulier sur un final magnifique reposant uniquement sur les jeux de lumière. Il faut dire que de son coté Luigi Bazzoni approche le genre avec une économie certaine, reprenant certes les codes attendus (mains gantées, respiration et voix off du tueur, vue subjective en grand angle), mais reste volontairement très succinct sur les effets chocs. Les meurtres sont parfaitement cadrés, imposent un suspens tendu, mais ne s'achèvent jamais dans un débordement d'hémoglobine.

 

le doigt dans l'engrenage


Là où d'autres auraient choisi la surenchère pour se donner du coffre, Bazzoni préfère s'assoir sur un scénario complexe et maitrisé et des personnages bien campés, creusés, où surnage forcément monsieur Franco Nero (Django) imparable en journaliste borderline tombant régulièrement dans le cul de la bouteille. Les personnages secondaires sont nombreux et traversent le film avec plus ou moins d'impact, mais le jeu sadique qui se crée entre l'antihéros Andrea Bild, rapidement suspecté à son tour, et le tueur invisible, franchement trouble, est assez prenant. Un angle plutôt rare dans le giallo, où là aussi la séquence d'ouverture fragmentée, contient toutes les réponses, et qui du coup fait plus glisser le film du coté du thriller policier que de l'horreur graphique. Comme un contre-point où d'ailleurs l'élégance esthétique de la caméra, contraste constamment avec la vision excessivement moderne de la cité italienne où se déroule l'action, le cinéaste met de coté les bâtiments historiques et la virtuosité architecturale, préférant scruter les rues cradingues, les constructions dépotoirs et une pauvreté omniprésente. Des gamins qui jouent dans un terrain vague perdu sous la poussière, une jolie prostituée qui enchaine les clients sous un pont, un tunnel aux faux-airs de sortie d'égout, Luigi Bazzoni ne dresse pas un portrait charmeur de son pays, révélant bien entendu au cours de l'enquête les manipulations et pratiques malsaines d'une élite sordide. Une noirceur constamment palpable, presque physique, ou l'amorce d'une décennie transalpine désenchantée.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Si l'on excepte les images du générique d'ouverture qui pour le coup font vraiment très peur (couleurs fades, grain omniprésent, griffures...) le reste du film s'en sort vraiment pas mal. Le film a manifestement connu une restauration plutôt appliquée ne laissant plus filtrer que de très rares petites taches blanches, un léger grain assez agréable et surtout affichant des couleurs, la plupart du temps, joliment saturées. Ce n'est pas parfait, on dénote quelques amas d'artefact sur certains arrières plans, mais cela reste plus que correct.

 


Son :
Classiquement, on retrouve ici les mixages mono d'origine. La version italienne est sensiblement plus naturelle avec un son assez clair et bien posé, et surtout un mixage qui sait jouer des effets et des compositions de Morricone. La version française cache moins bien son âge avec des voix efficace mais un aplatissement général symptomatique de sa première diffusion vidéo.

 


Interactivité :

Nouvelle gamme Giallo en DVD chez Le Chat qui fume qui une fois encore met en avant le soin tout particulier de l'éditeur pour les packagings : un superbe digipack slim en trois volets à la maquette on ne peut plus réussie. Déjà une belle surprise à laquelle s'ajoute une rencontre inédite avec le directeur photo Vittorio Storaro, que viennent agrémenter quelques interventions du grand Franco Nero. C'est bien le premier qui est le centre principal d'intérêt, revenant sur les débuts de sa carrière, ses amitiés avec Nero et Bazzoni, ainsi que son travail impeccable et réfléchi apporté sur Journée noire pour un bélier.

Liste des bonus : D'ombres et de lumières avec Vittorio Storaro et Franco Nero (28'), Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023