L’AUTRE
The Other - Etats-Unis - 1972
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « L’Autre »
Réalisateur : Robert Mulligan
Musique : Jerry Goldsmith
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 108 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 14 septembre 2016
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L’Autre »
portoflio
LE PITCH
1935, dans un petit village du sud des États-Unis, Niles et Holland Perry, des jumeaux entretenant un lien extrêmement fort, passent leurs journées à jouer ensemble paisiblement. Élevés par leur grand-mère Ada, celle-ci leur enseigne, « le jeu »… Débute alors une série d’accidents de plus en plus macabres…
Partagez sur :
o'brother

Boudé, voir conspué à sa sortie, L'Autre semblait déjà être une œuvre à rebours en 1972, loin de l'avènement du Nouvel Hollywood et d'un cinéma horrifique en train de changer de visage. L'Exorciste ou Massacre à la tronçonneuse s'apprêtaient à terrifiert leurs contemporains, le film de Robert Mulligan n'avait pourtant rien de la charmante ballade bucolique.

En tant que réalisateur Peter Mulligan n'a de toute façon jamais satisfait les critiques et les analystes, changeant de genre à volonté, passant de la chronique familiale intimiste (Du silence et des ombres) au western (L'Homme sauvage), en refusant presque systématiquement une certaine forme d'esbroufe. Sa mise en scène est constamment simple en apparence, fluide, au service du sens et de ses personnages. Un choix grammatical du coup assez décontenançant dès lors que l'on s'attaque, pour la seule et unique fois de sa carrière, à l'adaptation d'un roman horrifique : Le Visage de l'autre, écris par l'ex-acteur Thomas Tryon à qui on doit aussi la nouvelle Fedora (qui sera adapté par Billy Wilder) et le terrifiant La Fête du maïs. Pourtant le glissement de terrain est presque naturel, Mulligan sortant alors du tournage de son film le plus populaire, Un été 42, célébrant déjà une certaine image de l'Amérique campagnarde où le soleil peine à dissimuler les désordres moraux et sentimentaux. Avec L'Autre il pousse cette logique plus loin encore, présentant avec délicatesse un Connecticut lumineux, chaud et estival, ou deux frères jumeaux s'inventent des aventures dans la grange et les environs. Niles a cependant un pouvoir, façonnée par sa grand-mère (l'excellente Uta Hagen, qui a formée Matthew Broderick, Sigourney Weaver ou Al Pacino), lui permettant de se connecter avec les animaux (sublime séquence d'envol) ou l'immatériel.

 

faux-semblants


Un jeu, comme elle le présente, mais peut-être en lien avec les drames qui s'accumulent progressivement dans la petite vie de la famille : le cousin qui s'empale sur une fourche, la mère qui chute dans les escaliers... Le malaise et la tension monte, Stephen King ne sortira son premier roman que deux ans plus tard, mais d'une certaines façon, on le sent déjà pas loin. Un drame doucement simple, qui sombre graduellement dans une horreur de plus en plus envahissante, jusqu'à un final profondément malsain, où Mulligan joue constamment sur les dualités, les miroirs en opposition. Celle d'une photographie riche et doucereuse tout d'abord, reflet d'une nostalgie de l'enfance plutôt que des tragédies qui s'accumulent, du silence de plomb apposée sur les morts successives, mais dont le deuil impossible ne cesse de hanter chaque image, et enfin bien entendu celle des frères Perry. L'un est fantasque et charmant, l'autre agité voir mauvais et s'ils sont interprétés par d'authentiques jumeaux (Martin et Chris Udvarnoky, dont ce sera la seule apparition à l'écran malgré la justesse de leur prestation), ils ne figurent jamais dans le même plan, comme si un effet spécial ou une astuce de montage les accolaient dans la même réalité. Pour un spectateur des années 2000, le mystère qui entoure L'Autre risque d'être aisé à percer tant l'essai a inspiré les décennies suivantes, mais l'enjeu est-il vraiment là ?

Travaillant constamment la question du point de vue, plus que subjective, de l'enfant, Mulligan donne une âme à son protagoniste, le rend foncièrement attachant, même lorsque ce dernier prend la main du spectateur pour l'entrainer dans ses ténèbres. Plus qu'un film d'épouvante, L'Autre devient alors un voyage mélancolique (avec une délicate musique signée Jerry Goldsmith) dans les méandres d'un mal insaisissable.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Encore une fois, Wild Side Video cajole les cinéphiles dans le sens du poil (qu'ils ont sans doute très soyeux comme le mien) en dégottant une copie HD magnifique. Le master a été entièrement restauré avec des outils aussi bien chimiques que numériques, pour un rendu extrêmement propre (seul le générique pèche un peu, mais c'est normal), limpide, sans aucune fioriture qui traine, mais surtout sans jamais perdre son accroche avec le grain de pellicule ou les reliefs même du film. Les teintes sont douces et belles, les contrastes toujours bien dessinés même lorsque le léger flou de la photo auraient pu les malmener. Mais c'est en définitive le piqué qui impressionne le plus, pour des cadres précis et pointilleux. Stupéfiant.

 


Son :
C'est peut-être un peu moins spectaculaire, mais les deux pistes sonores originales, française et anglaise, peuvent se vanter à leur tour d'une propreté assez admirable. Les mixages DTS HD Master Audio mono restent fidèles au dispositif frontal de l'époque, mais réussissent à restituer d'authentique ambiance et surtout un équilibre très agréable avec les différentes sources.

 


Interactivité :

Nouveau volume de la collection Bluray / Livre, L'Autre profite une nouvelle fois d'un packaging des plus réussi et précieux, avec en son sein bien entendu un long livret de 78 pages mêlant photos d'exploitations et écrits de Frédéric Albert Levy, ancien journaliste de la grande revue Starfix. On est peut-être un peu moins convaincu par ce dernier, très réussi dans les reconstitutions de carrières du romancier Thomas Tryon et du réalisateur Robert Mulligan, mais un peu court sur l'analyse du film proprement dit et surtout pas forcément très marquant dans son évocation de la gémellité.
Pour une vraie réflexion autour des choix artistique du cinéaste, de son statut au sein du cinéma américain et les jalons posés par L'Autre, il y a heureusement la discussion entre Pascal Laugier (réalisateur de Martyrs ou The Secret) et le rédacteur en chef de Mad Movies, Fausto Fasulo. Deux passionnés qui par la pertinence de leur regard et leur « nostalgie » d'un ciné fantastique plus risqué, plus émotionnel, finissent de convaincre des charmes indéniables de cette chronique tragique.

Liste des bonus : Le livre exclusif sur le film et sa genèse, illustré de photos d'archive rares (60 pages), Entretien croisé avec Fausto Fasulo et Pascal Laugier (34')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023