MEMORIES OF MURDER
Salinui chueok - Corée du Sud - 2003
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Memories of Murder »
Genre : Thriller
Réalisateur : Bong Joon-Ho
Musique : Taro Iwashiro
Image : 1.85 16/9
Son : Coréen DTS-HD Master Audio 5.1 & Français DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 131 minutes
Distributeur : The Jokers
Date de sortie : 16 novembre 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Memories of Murder »
portoflio
LE PITCH
: En 1986, dans une province rurale de Corée du Sud, l’enquête sur le viol et le meurtre d’une femme sont confiées à l’inspecteur Park Doo-man. Lorsque d’autres meurtres surviennent, le flic aux méthodes douteuses est vite dépassé…
Partagez sur :
Une page d'Histoire

Comme le dit si justement Stéphane du Mesnildot dans l'excellent livret qui accompagne la ressortie en haute définition du chef d'œuvre de Bong Joon-ho, 2004 fut une année essentielle pour le cinéma sud-coréen. En l'espace de quelques mois seulement, trois cinéastes majeurs se sont imposés sur la scène internationale et les cinéphiles se sont tournés vers une contrée où l'équilibre entre cinéma populaire et vision d'auteur est apparue comme une règle plutôt qu'une exception.

Trois festivals ont œuvrés à la consécration du pays du Matin Calme. A Cannes, Tarantino et son jury ont portés très haut le Old Boy de Park Chan-wook en offrant à cette histoire de vengeance tortueuse, virtuose et follement bis le Grand Prix. A Gérardmer, c'est Deux Sœurs de Kim Jee-won qui a récolté non pas un mais deux Grand Prix en emmenant le film de fantômes japonais sur le terrain de la psychanalyse et du drame shakespearien. Quant à Memories of Murder, il rafle la mise au festival du film policier de Cognac (4 récompenses dont le Grand Prix) avec une histoire de serial-killer tragicomique et virulente. Toutefois, le film de Bong Joon-ho est aisément le plus singulier de ce triumvirat coréen. Passés à la moulinette du remake hollywoodien, Old Boy et Deux Sœurs ne font que peu de cas de leurs spécificités culturelles. Les thèmes abordés par les films de Park Chan-wook et Kim Jee-won parlent à tous les publics et se plient facilement (ou presque) à une relecture occidentale. Memories of Murder est un tout autre animal.

S'appuyant sur une histoire vraie tristement célèbre, à savoir une série de dix meurtres commis entre 1986 et 1991 dans la province rurale de Hwaseong par un tueur en série jamais appréhendé, le thriller de Monsieur Bong explore des facettes peu reluisantes de la société coréenne des années 80. S'il est de coutume qu'au cinéma les serial-killers affrontent la crème de la police et les techniques de pointe des équipes d'investigation scientifique, Memories of Murder nous laisse entre les mains de détectives superstitieux, violents, incultes, roublards ou, pire encore, en manque de moyens. Pas étonnant qu'Hollywood n'ait jamais tenté le remake. Seul le Zodiac de David Fincher, très similaire dans ses thèmes (mais pas tout à fait dans son traitement, plus factuel et distant), peut être considéré comme un proche cousin.

 

Partie de campagne


Loin des grands centres urbains fantasmés, la campagne de Memories of Murder est une terre sinistre et oubliée, défigurée ici par une usine, là par une barre de bêton sans âme. La photographie désaturée, délavée, de Kim Hyung-koo transforme la nature en complice funèbre d'un meurtrier silencieux et vicelard qui frappe à la faveur de la pluie. Un meurtrier et un violeur. Car les victimes sont avant tout des femmes et Bong Joon-ho dresse un constat terrifiant sur la condition de la gent féminine dans le monde rural coréen. Un monde dominé par des hommes frustes. Pour les personnages masculins de Memories of Murder, les femmes ne sont que des victimes, des statistiques, des objets de fantasmes et quantité négligeable. C'est l'échec et la peur de voir sa virilité ainsi remise en cause qui poussent Park Doo-man, le flic de la campagne (Song Kang-ho, dans son rôle le plus mémorable) à persévérer dans son enquête et non une quelconque compassion pour ces femmes humiliées, étranglées, souillées et abandonnées dans la boue pieds et poings liés. De la compassion, il n'y en a guère plus chez Seo Tae-yoon, le flic de la ville, machine à cogiter totalement insensible et qui ne consentira à laisser parler ses émotions qu'après un dernier meurtre particulièrement gratiné. Les sévices infligés à une jeune fille de 14 ans finissent enfin par faire sortir le détective de ses gonds.

 

un monstre dans la foule


Avec un style bien à lui (il faut voir avec quelle évidence sont travaillées les actions qui se déroulent en arrière-plan et qui décuplent la profondeur de cadres très maîtrisés), Bong Joon-ho livre un film « Fredkinien » en diable qui, une fois digérée la charge sociale, peut se voir comme une réflexion vertigineuse sur l'anonymat du Mal et sa nature impossible à cerner. Trois suspects retiennent l'attention des détectives mais aucun ne semble faire l'affaire. Le dernier est sans doute le bon mais le scénario se réserve le bénéfice du doute sous la forme d'un test ADN non concluant. La caméra du cinéaste scrute les visages, inlassablement, tente de discerner le Diable et semble condamnée à échouer. La banalité sert de camouflage à l'horreur et au vice. Être un simple d'esprit défiguré par des brûlures ne fait pas du premier suspect un monstre, pas plus que les soins attentionnés du second suspect envers une épouse malade ne l'empêchent d'être un authentique obsédé sexuel.
C'est en refusant de donner un visage distinct au Mal que Memories of Murder plonge le spectateur dans la peur. Les monstres sont partout et nulle part. Ils nous observent et choisissent leur proie selon leur caprice du moment. Memories of Murder bouscule les certitudes entre deux éclats de rires pathétiques et nous interpelle en osant briser le quatrième mur dans un dernier plan audacieux. Dans les ténèbres sécurisées de votre salle de cinéma, il se peut que le tueur soit assis juste à côté de vous.

Alan Wilson














Partagez sur :
 

Image :
Avec ses blancs brûlés et ses teintes mornes, la photographie de Memories of Murder est un véritable défi d'authoring. Conserver le grain cinéma d'origine ou nettoyer la copie avec un soin clinique adapté aux accrocs de la 4k ? La Rabbia a choisi la première option et respecte les sensations ressenties en salle (et en dvd) il y a quinze ans. Tension pas toujours aisée à apréhender pour le Bluray qui devait faire avec ses propres limites de support. Véritable résurection en UHD où la nouvelle copie 4K impose bien plus fermement son ampleur et sa précision. Les zones d'ombres, le grain oscillant, les couleurs éteintes y trouvent bien plus franchement leur équilibre pour un résultat impressionnant de naturel.

 


Son :
Mixées un peu trop fort et trop en avant, les voix françaises ont tendance à étouffer les ambiances mais le mixage coréen n'est pas non plus d'une richesse extraordinaire malgré un équilibre général solide. En même temps, on ne s'attendait pas à un disque de démo mais à du travail simple et soigné. Contrat rempli.

 



Interactivité :
Comme pour JSA, l'UHD de Memories of Murder a dû faire l'impasse sur certains des supléments autrefois disponibles dans le coffret Bluray collector carrément classieux. Disparition des goodies donc (livret de 40 pages, storyboards) mais aussi du disque consacré aux bonus historiques déjà présents sur l'ancien DVD collector.

La 4K a un prix et ne reste donc plus ici que les bonus ancrés sur le Bluray, lui glissé dans le boitier, soit le commentaire audio choral et passionnant de Bong Joon-ho et ses acteurs et techniciens et l'excellent documentaire rétrospectif qui donne la parole à presque tout le monde et offre une visite des lieux de tournage qui souligne le passage du temps.

Liste des bonus : Commentaire audio de Bong Joon ho, Song Kang-ho, Kim Sang Kyung et Park Noh-sik (VOST), « Memories, retour sur les lieux du crime » : documentaire de Jésus Castro avec Bong Joon ho, Song Kang-ho... (exclusivité mondiale - 63')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023