ESTHER
Orphan - Etats-Unis - 2009
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Esther »
Genre : Horreur
Réalisateur : Jaume Collet-Serra
Musique : John Ottman
Image : 1.85 16/9
Son : Dolby Digital True HD 5.1 anglais, français et italien
Sous-titre : Français, anglais...
Durée : 123 minutes
Distributeur : Warner Home Video
Date de sortie : 5 mai 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Esther »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Après avoir perdu l'enfant qu'elle attendait, la fragile Kate voit ressurgir les douloureux souvenirs d'un passé qu'elle préférerait oublier. Hantée par des cauchemars récurrents, elle fait le choix, avec son compagnon John, d'adopter un enfant. A l'orphelinat voisin, Kate et John se sentent étrangement attirés par une fillette, Esther. Mais Kate ne tarde pas à découvrir la face cachée de la " douce " enfant...
Partagez sur :
Kinder Surprise

Le dada de Jaume Collet-Serra c'est de nous faire croire qu'il va sortir une grosse prod horrifique aussitôt vue aussitôt oubliée pour nous surprendre avec une manière bien à lui de gérer le suspense à l'écran. Souvenez-vous du mésestimé La Maison de Cire qui loin d'être un slasher imbittable s'était avéré un très respectable petit film d'horreur. 

 

Pourtant Esther vise plus haut. Déjà pas de Paris Hilton au casting mais une Vera Farmiga (Les Infiltrés) en grande forme. La blondinette aux grands yeux tristes incarne une mère traumatisée par une fausse couche qui tente d'agrandir sa petite famille en passant par l'adoption. Tout semble aller à merveille lorsqu'elle et son mari rencontrent Esther, une petite perle d'orpheline, vive et talentueuse tout droit sortie des petites filles modèles. Il faut croire que ni Vera Farmiga ni son époux n'ont jamais vu le moindre film d'horreur tant la petite Esther se comporte comme l'archétype du gamin maléfique : je suis parfait, je parle pas, je bouge pas et mon sourire glacerait le sang de tout bon chrétien à dix kilomètres à la ronde. Non, ils veulent y croire. Nous, un peu moins. Pourtant c'est à eux que la suite donnera raison. Passé le choc de la  remarquable première scène, celle du cauchemar où  la mère revit sa fausse-couche en mode Avoriaz, le traitement de l'image redevient un peu plat. Jusqu'à ce qu'on ne sait comment l'ambiance de cette maison (isolée bien sûr) livrée aux colères et aux caprices de cette enfant pas comme les autres nous captive et nous garde en haleine jusqu'à la fin.

 

elle m'énerve, elle m'énerve

 

Bon d'accord « un film Estherrifiant » ça fait bien sur l'affiche, mais on ne peut pas franchement dire que la terreur nous cloue au siège. Cependant, les pubs disent vrai : « On adore haïr Esther ». C'est même exactement le but du film. À aucun moment Collet-Serra ne fait planer de doute sur les intentions d'Esther. Cette môme est une garce, point. Sauf qu'on ne saurait dire si ce qui nous agace le plus est la machination infernale qui se trame dans son esprit tordu ou le refus du père à voir le démon qu'il a fait entrer chez lui. Résultat : un public à fond derrière la maman qu'Esther persécute, le regard rivé à l'écran, prêt à exploser le tensiomètre dès que le Lucifer à couettes approche de son angélique sœur adoptive ou d'un objet tranchant. Car si on déteste d'emblée Esther, on est également immédiatement séduits par cette petite famille si crédible, ce gentil couple pas forcément sans histoires mais plein de bonne volonté, et ces enfants tellement humains. Entre le grand frère trop turbulent pour que sa parole tienne la route contre celle d'Esther et la petite sœur sourde et trop terrifiée pour témoigner de ses méfaits, le spectateur se sent le devoir de les soutenir et de devenir le troisième témoin. Un vrai suspense auquel on ajoute encore l'avidité d'apprendre qui est réellement Esther grâce aux indices que le réalisateur distille au compte-goutte jusqu'à la fin.

Delphine Drieu la Rochelle






Partagez sur :
 

Image :
Déjà très esthétisant sur sa Maison de cire, Jaume Collet-Serra apporte une nouvelle fois au cinéma d'horreur une image particulièrement travaillée et stylisée. Un travail brillamment retranscrit par ce Blu-ray qui respecte à la perfection le naturel argentique de la pellicule et le léger grain omniprésent, tout en savourant une compression pointue et des couleurs maîtrisées. Une image sublime autant appréciable dans les blancs neigeux que dans les quelques effets fluorescents sans le moindre moment de faiblesse.  

 

Son :
Si le film commence très fort avec une ouverture tétanisante et une force sonore des plus soutenues, les choses se montrent plus subtiles par la suite avec un Dolby Digital True HD anglais faisant la part belle aux ambiances suggestives et à certains silences lourds. Gracieux et délicat, le mixage se montre largement plus ample que son équivalent français, uniquement dans un sobre Dolby Digital 5.1. Propre, mais commence à dater.   

 

Interactivité :
L'éditeur ne semble pas avoir été des plus inspiré avec cette production Dark Castle puisqu'il ne propose au final que deux petites miettes en guise de bonus. Une featurette très (trop) ambitieuse qui brasse le tournage du film, les nombreux films avec des gosses qui font flipper, les phrases promo obligatoires, une brochette de spoiler assez dévastateur... A l'arrivée, pas grand-chose ne ressort du lot. Annoncée fièrement sur la jaquette, la « fin alternative » vient heureusement relever un peu le niveau avec un éclairage un peut moins classique malgré sa très courte durée. Un peu comme les courtes scènes coupées qui l'accompagnent, facilement intégrables au montage définitif.  

 

Liste des bonus : Petits diables et mauvaises graines (15'), Scènes coupées et fin alternative (4'), bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023