LA MORT CARESSE à MINUIT
La morte accarezza a mezzanotte - Italie, Espagne - 1972
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « La Mort caresse à minuit »
Genre : Thriller
Réalisateur : Luciano Ercoli
Musique : Gianni Ferrio
Image : 2.35 16/9
Son : Italien et français Dolby Digital 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 101 minutes
Distributeur : Artus Films
Date de sortie : 5 janvier 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Mort caresse à minuit »
portoflio
LE PITCH
Valentina, jeune et belle top model, essaye une nouvelle drogue expérimentale sous surveillance médicale, la HDS, drogue euphorisante et hallucinogène. Au cours de la nuit, elle assiste à un meurtre horrible, perpétré dans l’immeuble voisin par un tueur au gant d’acier pointé. Le lendemain, la jeune femme est persuadée que ce qu’elle a vu n’est pas le seul fruit de son délire. Elle mène donc l’enquête…
Partagez sur :
La rousse qui en savait trop

Entamée l'an dernier avec Le Parfum de la dame en noir, la collection Giallo de Artus ne cesse plus de s'enrichir, pour notre plus grand plaisir, avec notamment la sortie de l'inédit La Mort caresse à minuit de Luciano Ercoli. Une occasion de plus de constater la vitalité et la diversité du thriller à l'italienne.

En moins d'un an, les éditions Artus sont devenues des spécialistes du Giallo avec la sortie de cinq films ainsi que de l'excellent ouvrage de Frédéric Pizzoferrato Une étude en jaune. Protéiforme par essence, le genre accoucha d'œuvres très diverses, lorgnant tantôt vers l'épouvante, tantôt vers le film noir tout en annonçant l'émergence du Slasher. Longtemps dénigrées, ces bobines matinées de violence et d'érotisme semblent désormais revenir à la mode, ce qui nous permet de pouvoir découvrir avec La Mort caresse à minuit le troisième et dernier giallo de Luciano Ercoli après Photos interdites d'une bourgeoise (qui sort fin avril chez Le chat qui fume) et La Mort à talons hauts (ou Nuits d'amour et d'épouvante).
Malgré une interdiction aux moins de 16 ans assez inexplicable, nous ne sommes pas ici face à une avalanche de meurtres et autres violences, et le côté érotique, si cher au genre, est volontiers évacué malgré la présence de l'adorable rouquine Susan Scott qui se dénudera pourtant bien souvent durant une fin de carrière difficile aux côtés de Joe D'Amato par exemple... Avec le spécialiste Ernesto Gastaldi à l'écriture, le scénario dévoile une intrigue basée sur la machination, accumulant suspects et retournements de situation pas toujours vraisemblables jusqu'à un final conclu évidemment par un twist tout aussi tiré par les cheveux.
Ercoli semble également citer les maîtres Mario Bava et Dario Argento, avec ce postulat cher au genre : un personnage principal témoin d'un meurtre, pas pris au sérieux par les autorités et son entourage, qui mène l'enquête lui-même. De plus, comment ne pas voir l'allusion aux drogues hallucinogène lors de la première séquence comme un clin d'œil à La Fille qui en savait trop, où Leticia Roman y fumait du cannabis à son insu... Et on retrouve bien sûr un tueur ganté (Claudio Pellegrini) au faciès intrigant (usant ici de poings de fer, ce qui nous vaudra un premier meurtre aussi gore que kitsch) qui hante le film.

 

l'Artiste et sa muse


Producteur de Fantomas ou encore des Ringo de Tessari, Luciano Ercoli n'oublie pas aussi d'ajouter nombre d'éléments cocasses et comiques, entre un policier incompétent et les amants de Susan Scott éconduits voire giflés avec force ! Sans doute bien aidé par l'apport de Sergio Corbucci au script, la dernière partie bifurquera vers le néo-polar avec l'irruption d'un trafic de drogue et de deux bandits hauts en couleur, dont l'inénarrable, et incontournable figure du Bis italien, Luciano Rossi en sadique ricanant qui, la tête blanchie par la cocaïne, nous ferait presque songer à un Joker lors d'un final nerveux et jubilatoire sur les toits.
Mais ce qui fait aussi le sel et l'originalité du film, c'est qu'il repose sur les épaules de la femme du réalisateur, l'espagnole et brune Nieves Navarro qui sur conseil de Fernando Di Leo prendra le pseudonyme de Susan Scott et changera de couleur de cheveux. Déjà remarquable dans les westerns pour ses rôles ambigus de veuve nymphomane dans Colorado ou de bandita au grand cœur dans les Ringo, elle campe ici une Valentina cartoonesque (peut-être un clin d'œil à la BD de Guido Crepax ?) et énergique à souhait.
Sublimée par la caméra de son mari, d'ailleurs bien aidé par la belle photographie de Fernando Arribas, qui la scrute sous tous les angles, elle campe ici un personnage féminin indépendant, se passant allégrement des hommes et n'étant pas qu'une victime libidineuse et expiatoire, cas finalement rare dans le Giallo. Bien que malmenée par ce tueur, droguée par un journaliste peu scrupuleux (Simon Andreu) voire maltraitée par son fiancé (Peter Martell), elle représente un personnage de femme forte et déterminée, à l'instar de ces rôles dans le western.

Si certains pourraient penser que le film caresse l'ennui, avec notamment une partie centrale assez plate, La Mort caresse à minuit (un titre plein de poésie mais qui n'a pas de lien avec le sujet) se suit avec plaisir grâce à un scénario retors et une Susan Scott resplendissante. Enfin, la sublime musique concoctée par Gianni Ferrio sur laquelle on retrouve les soupirs et susurrements de Mina, l'une des plus grandes chanteuses italiennes, nous enchantera et rend encore plus recommandable ce petit giallo atypique.

Samuel Bouvet








 

Partagez sur :
 

Image :
Présenté dans un Master 2k, La Mort caresse à minuit s'offre une très belle version pour sa première édition en France. Si on pourra repérer quelques rares défauts et marques du temps, on appréciera la qualité de la restauration avec une image claire et un léger grain. La définition est particulièrement soignée ainsi que les cadres qui sont stables et propres.

 


Son :
Malgré la postsynchronisation de mise à l'époque, la version originale possède un son plus cristallin, bien moins feutré que la VF. Les deux versions sont proposées en Mono.

 


Interactivité :
Comme à son habitude, Emmanuel Le Gagne (Culturopoing) s'avère être instructif et intéressant à propos de ce giallo qu'il juge comme « remarquable, une grande réussite du genre ». Il nous en apprend beaucoup sur la carrière de l'encore méconnu Luciano Ercoli, à qui on doit aussi un très bon néo-polar « transgenre », La police a les mains liées de 1975. Assistant-réalisateur dans les années 1950, puis producteur, scénariste et enfin réalisateur de 1970 à 1977, il possède une filmographie atypique, à l'image du film présenté ici, qui mélange allégrement les genres. A noter que Ernesto Gastaldi (Torso, L'adorable corps de Deborah...) scénarisa les trois gialli de Ercoli.

Liste des bonus : Présentation du film par Emmanuel Le Gagne (27'), Générique français (2'), Diaporama (2'), Films annonces de la collection Giallo de Artus Films.

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022