LA LOI ET L'ORDRE
Righteous Kill - Etats-Unis - 2008
Image plateforme « Blu-Ray »Image plateforme « DVD »
Image de « La Loi et l'ordre »
Genre : Policier
Réalisateur : Jon Avnet
Musique : Edward Shearmur
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais et Français Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français
Date de sortie : 9 avril 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Loi et l'ordre »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Après avoir passé trente ans ensemble dans la police de New York, les détectives Turk et Rooster sont prêts à tout, sauf à prendre leur retraite. Peu avant leur départ, plusieurs criminels ayant échappé à la justice sont assassinés selon un mode opératoire qui rappelle celui d'un serial-killer que les deux enquêteurs ont mis sous les verrous plusieurs années auparavant. Une insupportable question se pose alors : Turk et Rooster se seraient-ils trompés ?
Partagez sur :
Grandeur et décadence

"J'aime pousser les spectateurs à regarder le moindre détail, jusqu'à comprendre la vraie signification de tout ce qui se passe". Ainsi Jon Avnet présente-t-il La Loi et l'ordre dans une featurette présente sur le DVD. Et vu la qualité du métrage et la teneur de son inévitable twist, ces propos autosatisfaits ont largement de quoi laisser perplexe...

La Loi et l'ordre marque la troisième rencontre à l'écran, après Le Parrain 2 et Heat, de deux mastodontes du Septième Art, et plus particulièrement du cinéma policier : Robert De Niro et Al Pacino. Deux gloires que les années 2000 n'auront pas épargnées, l'un se perdant dans des comédies parfois limites (Mon beau-père, mes parents et moi), l'autre dans des thrillers psychologiques à bout de souffle (People I Know). Jon Avnet, fonctionnaire d'expérience de l'industrie hollywoodienne (le mollasson Red Corner avec Richard Gere, 9 épisodes de la série Boomtown), avait déjà achevé d'enterrer Pacino avec 88 minutes, première production A de la société Millenium Films d'Avi Lerner (récemment producteur du John Rambo de Stallone). Avi Lerner, un nom qui ne laissera pas indifférent les fans de cinéma Bis, puisque sa précédente compagnie, Nu Images, fit les beaux jours de Steven Seagal, Jean-Claude Van Damme, Chuck Norris et Dolph Lundgren. De Niro et Pacino nageant dans les mêmes eaux que les légendes de la tatane ? Dans les faits, on n'est pas loin d'un tel constat.

Deux super flics

Rien, dans La Loi et l'ordre, ne fonctionne comme il devrait, la narration tentant d'emblée d'imposer ses icones vieillissantes comme des figures inattaquables du cinéma d'action. Le générique d'ouverture est en soi hilarant, décrivant l'entraînement hérculéen des deux héros (séance de tir où aucune balle ne sort du mille, musculation, course à pied et consorts). Ces deux super-flics sexuellement actifs (il faut voir Bob De Niro prendre en levrette Carla Gugino pour le croire) et au verbe facile (les dialogues sont fleuris, avec notamment une insulte qui restera dans les annales : "you fuckin' motha fuckin' fuck !") poursuivent donc tout ventre, botox et collagène dehors un tueur de racailles, dont l'ouverture souhaiterait nous révéler l'identité en la personne du flic grimaçant campé par notre bien-aimé Taxi Driver. Sûr de lui, Avi Lerner tente de brouiller les pistes et parsème son film d'indices à double-sens tellement hénaurmes qu'on finit par se moquer ouvertement de leur finalité. Finalité que les amateurs de films-puzzles auront déduite dès le premier quart-heure. Produit anachronique, filmé comme à la téloche et monté à la serpe (ça s'étire difficilement sur 92 minutes), La Loi et l'ordre respire la compromission et l'ennui, au point de ne communiquer qu'une profonde antipathie à son public. Preuve que certaines rencontres au sommet (remember Heat ?) se doivent de rester exceptionnelles.

Alexandre Poncet










Partagez sur :
 

Image :

En dépit d'une photographie lavasse et d'un cadre télévisuel au possible (personnages au centre du cinémascope, cadrages sans queue ni tête, action filmée sans aucun point de vue, effets de split-screens à se tordre), La Loi et l'ordre bénéficie de tout le savoir faire de Metropolitan au format DVD (et a fortiori Blu-Ray, que nous n'avons pas pu tester). Compression impeccable, couleurs bien délimitées, grain de pellicule préservé : rien ne manque, sauf peut-être un réalisateur...

 

Son :

Bien qu'écrite par l'excellent Ed Shearmur, la musique de La Loi et l'ordre se résume à quelques accords de guitare électrique et deux trois nappes de synthés et de violons pour alimenter le suspense. De leur côté, les bruitages et leur spatialisation donnent dans le très banal. Pas de quoi emballer les amateurs de Dolby Digital, même si le travail de Metropolitan à ce niveau est comme d'habitude de très bonne tenue

 

Interactivité :

Le making of intitulé "L'Enquête" permet d'apprécier toute l'ambition de La Loi et l'ordre. Tous les intervenants expriment unanimement leur bonheur de voir évoluer constamment Bob de Niro et Al Pacino ensemble à l'écran, alors qu'un film comme Heat avait l'idée saugrenue de ne leur réserver qu'une seule scène de dialogue ensemble. Incapables de saisir la puissance de la scène du restaurant du film de Michael Mann, qui se refusait d'ailleurs alors au moindre plan d'ensemble, Jon Avnet et son équipe assument donc la tête haute la logique de sous-polar d'exploitation qui est celle de La Loi et l'ordre. La direction d'acteurs est d'ailleurs, selon Avnet, totalement superflue, "la limite de leur performance étant celle de [son] imagination". Les propos relatifs à la mise en scène sont du même tonneau : "quand ils s'entraînent on sent une certaine camaraderie, mais j'ai vu sur le plateau qu'il n'y avait pas que ça. Ils avaient un rapport à leur arme très particulier, et j'ai essayé d'être là pour capter ces moments". Quant aux bonnes idées du script : "un mac sur un skateboard ? J'ai trouvé l'idée super originale et fraîche, je ne l'avais jamais vue ailleurs." No comment. A ce niveau de fadaise, comment espérer tenir les 90 minutes que dure son commentaire audio ? On préférera se rabattre sur une seconde featurette, consacrée aux secrets inavouables de la police américaine.

Liste des bonus :
Commentaire audio, Making of, Documentaire sur la police de New York, Bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023