ZOMBIE VIKINGS : RAGNARöK EDITION
Suède - 2016
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »
Image de « Zombie Vikings : Ragnarök Edition »
Genre : Beat'em all
Musique : Inconnu
Développeur : Zoink
Durée : moyenne
Langue : Anglais
Distributeur : Koch Media
Date de sortie : 22 avril 2016
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Zombie Vikings : Ragnarök Edition »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Loki a volé l’œil de son frère aîné pour profiter de ses pouvoirs. Mais Odin ressuscite une équipe de guerriers vikings afin de récupérer son bien.
Partagez sur :
La spère d'odin

Après une petite somme de projets, le studio suédois Zoink s'est fait connaître aux yeux du monde avec Stick It To The Man!, un jeu d'aventure / réflexion paru sur Steam fin 2013, puis porté sur console quelques mois plus tard. Mais, avec Zombie Vikings, les développeurs nordiques s'essayent à l'action pure et dure.

Zombie Vikings est d'ailleurs disponible depuis 2015 au format dématérialisé sur Steam et PS4. Mais comme de nombreux jeux indé ces derniers temps, le titre a droit une nouvelle vie avec une version boîte baptisée Ragnarök Edition. C'est en outre l'occasion pour les nouveaux acheteurs ou les collectionneurs d'obtenir, en plus du jeu d'origine, les personnages téléchargeables, dont le héros du premier jeu du studio et celui de Psychonauts, ainsi qu'un album numérique bonus comprenant de nombreux visuels issus du jeu. Pour le reste, il s'agit toujours d'un beat'em all misant largement sur le jeu en coopération, l'aventure pouvant en effet être partagée à deux, trois ou quatre joueurs. Et même s'il est possible d'y prendre part seul, c'est certainement accompagné de quelques camarades que le titre se montre sous son meilleur jour. Car, avec son système de combat plutôt basique, Zombie Vikings se montre très vite redondant. Joué entre amis, il offre au moins l'occasion de quelques rires et gentilles engueulades derrière une action certes plus bordélique, mais aussi plus conviviale.

 

du zombie au petit déj'


Toutefois, si l'aspect multijoueur peut faire le boulot, au moins le temps de quelques soirées, il cache l'aspect artificiel du plaisir que peut procurer le titre. Car, finalement, Zombie Vikings manque à la fois de pêche au niveau des sensations de jeu et de finesse en termes de système pour vraiment emballer les gros amateurs de bagarre. Les quatre protagonistes, tout comme les personnages bonus, disposent bien d'un petit arsenal de techniques, comme un coup spécial propre à chacun, ou encore une attaque à lancer en pleine course pour se dégager la voie. Mais, outre l'impossibilité de combiner tout cela en enchaînements, on est vite lassé par la lenteur de l'action et l'imprécision des collisions ou le manque d'impacts des bourre-pif. L'équipe de Zoink a tout de même voulu s'attirer les faveurs de ceux qui cherchent autre chose qu'une grosse foire d'empoigne. Pour cela, ils ont notamment fait appel à Zach Weinersmith, connu pour avoir conçu le web-comic Les Céréales du dimanche matin. Ce dernier a apporté une bonne dose d'humour dans les dialogues comme dans les situations, même si ceux-ci ne volent pas toujours très haut, entre quelques blagues plutôt cradingues et des références geek désormais très classiques.

En gros, les joueurs bon public peuvent passer quelques bons moments, d'autant que Zombie Vikings est disponible à un prix très raisonnable (25 euros) ; mais il fait bien pâle figure face à des classiques de la discipline, comme un Streets Of Rage 2 régulièrement réédité, ou des productions plus récentes, telles que l'excellent Dragon's Crown, certes tout aussi bordélique, mais surtout bien plus agréable à tous les niveaux.

Benoit Barny








Partagez sur :
 

On reconnaît du premier coup d'œil la patte graphique du studio à l'origine de Stick It To The Man!. Non seulement au niveau des traits des personnages, mais aussi à travers l'effet de profondeur dans ce jeu à la 2D haute définition où chaque élément semble sortir de l'écran comme d'un livre en relief. L'ensemble ne manque ainsi pas de charme, à condition d'adhérer à l'aspect cradingue de cet univers ; mais difficile d'attendre autre chose d'une histoire de zombie, après-tout... Ce qui est moins reluisant, en revanche, ce sont les bugs qui bloquent occasionnellement la progression. Heureusement, ceux-ci sont moins nombreux qu'à la sortie de la mouture numérique. Mais prendre une partie de sa progression rend l'aventure encore moins motivante.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022