PROFESSEUR LAYTON ET LA BOîTE DE PANDORE
Layton Kyôju to Akuma no Hako - Japon - 2007
Image plateforme « Nintendo DS »
Image de « Professeur Layton et la Boîte de Pandore  »
Genre : Aventure
Musique : Tomohito Nishiura
Développeur : Level-5
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 25 septembre 2009
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Professeur Layton et la Boîte de Pandore  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Le professeur Layton et Luke, son fidèle assistant, sont sur la piste de la mystérieuse et fatale boîte de Pandore. Le duo auquel aucune énigme ne résiste s’embarque pour un voyage des plus stimulants qui leur fera découvrir de nouveaux lieux sensationnels.
Partagez sur :
Locomotive

Habitué des RPG (on leur doit l'excellent Dragon Quest VIII), Level-5 a trouvé une véritable mine d'or avec la série des Professeur Layton, réunissant univers atypique, gymnastique du cerveau et charme so british. Attendu par des millions de joueurs, La Boîte de Pandore ne déçoit sur aucun point.

 

Depuis le départ et le fameux Professeur Kawashima, la petite DS à montré sa volonté de faire travailler les méninges du grand public et à l'occasion des gamers. Résultat : des menus tristounes et un aspect logiciel pour papy, auquel il manquait clairement un brin de fantaisie. C'est cet esprit décalé et enjôleur qui a fait en premier lieu la notoriété des aventures du Professeur Layton et de son jeune assistant (mmmh), Luke. Ce lot d'énigmes demandant vivacité et esprit mathématique est qui plus est emballé dans une trame proche des bons vieux Sherlock Holmes, jouant autant de son ambiance mystérieuse que de retournements de situation surprenants. Pas grand-chose à reprocher au premier Professeur Layton et l'Etrange Village et à l'arrivée, un succès phénoménal (en particulier au Japon) largement mérité. Le flegmatique détective ne pouvait décemment pas en rester là et Level-5 (Inazuma Eleven, Dragon Quest IX) non plus. Difficile cependant de se reposer sur un étonnement éventé. Heureusement La Boîte de Pandore réserve quelques surprises autant aux nouveaux venus qu'aux habitués. A commencer par quelques incartades personnalisées par un Hamster qu'il faut faire maigrir (devenant ensuite un indicateur à indices), un appareil photo à réparer et un service à thé expérimental. Trois éléments qui une fois parfaitement maîtrisés ouvrent la porte sur quelques énigmes supplémentaires pour aboutir, avec la trame principale, à un total impressionnant de 150 casse-tête.

élementaire

A noter que, nouvelle technologie oblige, le système de téléchargement wifi de la machine donne désormais accès à quelques épreuves quotidiennes supplémentaires ou la possibilité de récupérer celles de L'Etrange Village. Ces creuse-méninges récurrents apparaissent autant aux travers de la nouvelle enquête qu'au fur et à mesure des rencontres avec les nombreux personnages qui voyagent à bord du Molentary Express ou dans l'un des villages d'escale. Légèrement plus accessibles que dans le premier épisode, ces énigmes tout de même tarabiscotées mettent l'esprit de logique à rude épreuve (il est conseillé de ne pas gâcher le tout à grand coups d'indices), des petites touches d'humour bien senties et une décontraction ambiante évitant l'énervement intempestif. Le plaisir est intact et la jugeote répond présente avec au passage l'arrivée remarquée d'une option brouillon, permettant de tester ses théories au stylet. Sans casser les fondamentaux, Level-5 améliore légèrement sa recette et habille toujours son Professeur Layton de graphismes soignés, et surtout de superbes petites séquences d'animation plongeant littéralement le joueur dans un esprit vieille Europe bienvenu. Avec deux autres épisodes déjà disponibles au Japon et deux autres encore en préparation, Layton semble avoir encore pas mal de tours dans son sac.
Nathanaël Bouton-Drouard

 

 

Partagez sur :
 

Déjà impressionnant par sa maîtrise technique d'une DS par nature limitée, ce Professeur Layton pousse encore les limites en affichant un design légèrement plus varié et mieux fini, mais aussi des mélodies un brin moins agaçantes sur la longueur. Sans oublier bien sûr des séquences animées mieux troussées que jamais (on attend impatiemment le long-métrage). Seuls finalement les quelques soucis de compression de ces dernières montrent quelques signes de faiblesse. Bonne ou mauvaise surprise - les débats font rage - le succès aidant, Nintendo a même pu se permettre de doubler intégralement les dialogues dans la langue de Molière.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021