FIFA18
Canada - 2017
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »
Image de « FIFA18 »
Genre : Sport
Musique : Inconnu
Développeur : EA Sports
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Electronic Arts
Date de sortie : 29 septembre 2017
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « FIFA18 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
A quelques mois de la Coupe du monde, les meilleurs footballeurs luttent pour se faire une place au sein de leur sélection nationale.
Partagez sur :
L'Aventure continue

Alors que Konami donne tout pour repasser devant son éternel rival, EA Sports profite de son trône construit sur des chiffres toujours plus astronomiques à l'échelle du jeu vidéo actuel. Mais ce trône ne serait-il pas un peu trop confortable ?

En tous cas, FIFA18 sait s'appuyer sur les qualités qui l'ont amené au sommet, à commencer par son contenu et un mode Aventure rempile pour une saison 2 riche en rebondissements. Les fidèles peuvent, en effet, reprendre l'histoire d'Alex Hunter là où ils l'avaient laissé à l'époque de FIFA17 et voir la carrière du jeune champion prendre une tournure inattendue, entre autres surprises. Malheureusement, l'écriture n'échappe pas à nouveau à des clichés visant à rendre la trame plus dramatique mais qui ne sont pas forcément d'une grande crédibilité. Mais, qu'importe : on est là pour jouer au foot et, même si l'Aventure demeure divertissante, on peut rapidement se tourner vers les autres modes de jeu qui assurent une durée de vie infinie à ce FIFA (jusqu'à l'année prochaine). Les apprentis gestionnaires peuvent profiter d'un mode Carrière notamment enrichi d'un système de négociations plus poussé lors des transferts : on rencontre désormais les managers des équipes en contacts le temps d'un dialogue à choix multiples afin de discuter les termes d'une affaire ; inutile de préciser que ce dialogue peut tourner cours en cas d'exigences farfelues. Enfin, les plus expérimentés peuvent à nouveau engloutir les jetons du mode Ultimate Team pour bâtir l'équipe de leur rêve. Les joueurs PS4 ont d'ailleurs le droit de recruter des joueurs de légendes telles que Ruud Gullit, Patrick Vieira ou encore le roi Pelé, une possibilité qui était réservée aux joueurs Xbox la saison dernière.

 

réalisme vs authenticité


Hormis l'Aventure pour l'un et les matchs Coop et Aléatoires pour l'autre, FIFA et PES joue au coude à coude en termes de mode de jeu. Mais le titre d'EA Sports bénéficie toujours d'un net avantage au niveau des licences, avec toujours plus de championnats disponibles, dont la Bundesliga qui fait cruellement défaut au titre de Konami ou encore les premières divisions japonaises, coréennes et nord-américaines, pour ne citer que celles-ci. Seulement, que vaut vraiment le meilleur habillage si derrière les sensations ne sonnent pas aussi vraies ? Car, même si FIFA se montre toujours aussi réaliste, il ne montre plus des progrès aussi spectaculaires qu'à l'époque où il a ravit le trône à PES. FIFA18 a même tendance à être dépassé au niveau des sensations et du pur plaisir de jeu. Là où PES18 se montre plus souple et dynamique, FIFA18 s'avère plus lourd et contraignant, avec une inertie très prononcée et des actions scriptées souvent plus frustrantes que gratifiantes. Une différence symbolisée par une défense plus difficile à maîtrisée et une physique de la balle dont la gestion est loin d'être aussi fine que chez la concurrence, notamment lors des frappes lointaines.

Après toutes ces années sans véritable concurrence, quand successivement l'un écrasait totalement l'autre, on peut se réjouir d'avoir deux jeux de foot d'un très bon niveau. Mais, si les joueurs qui veulent vite retrouver leurs marques après une année sur FIFA17 peuvent rester sans risque du côté d'EA, ceux qui recherchent avant tout le beau jeu ou simplement un titre plus convivial devrait plutôt regarder du côté de Konami.

Benoit Barny










Partagez sur :
 

FIFA18 a connu une sortie difficile avec des bugs parfois grotesques, comme les cages qui disparaissaient, et des gardiens de but carrément à côté de la plaque. Heureusement, l'éditeur a rapidement diffusé divers correctifs et continue à travailler pour régler les quelques soucis restants. En revanche, il est sans doute inutile d'espérer voir une navigation plus fluide dès cette année : les menus se montrent toujours aussi lents après toutes ces années et apporter des modifications, quelque soit le domaine, est toujours aussi laborieux ; sans oublier les problèmes de configuration des touches qui continuent à se manifester lorsque l'on joue à plusieurs en local. Heureusement, sans atteindre la perfection, les choses vont bien mieux sur le terrain. On peut encore pester contre des collisions pas toujours très précises, mais le poids des joueurs et le rythme de l'action sont suffisamment bien retranscrits pour donner du réalisme aux rencontres. Enfin, du côté des modélisations, si les grandes stars sont plus fidèlement reproduites dans PES 2018, les modèles communs sont plus réussis dans FIFA18, tout comme l'ambiance dans les stades, avec un public plus vivant.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022