HARVEST MOON L’ARBRE DE LA SéRéNITé
Bokujô Monogatari Yasuragi no Ki - Japon - 2007
Image plateforme « Wii »
Image de « Harvest Moon L’Arbre de la Sérénité  »
Genre : RPG
Musique : Inconnu
Développeur : Natsume
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Rising Star
Date de sortie : 9 octobre 2009
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Harvest Moon L’Arbre de la Sérénité  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Tout n'est pas pour le mieux dans l'île rurale que vous considérez maintenant comme chez vous. C'était autrefois un lieu idyllique où l'homme et la nature coexistaient en parfaite harmonie sous le regard bienveillant de la Déesse des Moissons et la protection mystique de l'Arbre mère. Seulement, le peuple s'est détourné de la nature, leur lien avec la terre source de vie s'est affaibli. Votre objectif : montrer à vos compatriotes insulaires comment rétablir une vie en harmonie avec la ...
Partagez sur :
Rat des champs

Décidément, les opus d'Harvest Moon mettent bien du temps avant d'arriver dans les paniers français. A l'instar de l'épisode précédent L'arbre de la sérénité aura mis deux ans avant de connaître une localisation... Et pendant ce temps les plants ont eu le temps de pourrir sur pied.

C'est l'hiver, il fait froid, et il paraît bien difficile de se motiver à aller mettre la main dans la terre. Ca tombe bien, les Harvest Moon servent tout particulièrement aux adeptes de la campagne rêvant de profiter de cette vie frugale tout en restant scotchés (voire englués) au canapé. Après un Magical Melody jouant la carte du portage « vite fait pas très bien fait », les fermiers en herbe attendaient L'Arbre de la Sérénité pour les aider à renouer avec mère nature. Curieusement plutôt que d'améliorer l'ergonomie conçue autour des spécificités de la Wii, Natsume a préféré tout simplement y couper court. En dehors de quelques mini-jeux pas franchement folichons censés illustrer les différentes fêtes des saisons, le reste de la simulation de vie peut carrément être parcouru avec un pad classique entre les mains. La facilité plutôt que la réflexion, voilà ce qui semble motiver cet épisode pourtant produit pour les 10 ans de la licence, car ici, les nouveautés, il faut bien les chercher pour en trouver la moindre trace. Quelques animaux ou objets en plus, la possibilité de travailler à mi-temps dans les boutiques avoisinantes... et c'est tout.


Au chant du coq

Reste donc à retourner aux champs où, passé un long et laborieux tutorial, l'immédiateté du concept renaît avec plaisir. Faire pousser ses céréales, entretenir les lieux, élever du bétail, décorer la ferme, revendre la production... Une vraie culture du travail harassant et redondant, tout juste aéré par les visites en ville permettant de faire de nouvelles rencontres et pourquoi pas séduire son âme sœur à grands coups de cadeaux affriolants, dans l'espoir d'obtenir un enfant robuste pour venir aider au labeur. Il est clair qu'accrocheuse à ses débuts, l'idée Harvest Moon semble tourner en rond, peinant à trouver un vrai soupçon de nouveauté. Finalement le développement le plus étonnant reste curieusement la toile de fond, tournant autour de la déesse des moissons, dont la résolution est bien moins évidente et accessoire qu'il n'y paraît. Est-ce que cela suffira à remotiver les joueurs ayant déjà obtenu leur médaille du meilleur agriculteur made in Nintendo ? Pas sûr. Par contre, les plus jeunes ou les retardataires y prendront un certain plaisir, d'autant que les designs des personnages sont plus mignons que jamais.
Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Le précédant n'étant qu'une transposition bâclée d'un titre Gamecube, Harvest Moon L'Arbre de sérénité apparaît donc comme le premier chapitre véritablement conçu pour la Wii. Et l'amélioration est notable avec des personnages modélisés de façon bien plus arrondie et subtile, des couleurs plus nombreuses et des animations un poil plus fluides. Mais ce n'est pas une révolution non plus puisque les décors, charmants au demeurant, paraissent particulièrement vides et leurs textures basiques. Curieux du coup de devoir subir à chaque entrée ou sortie d'un bâtiment un chargement de cinq-six secondes. Il aurait paru tout autant judicieux de laisser au joueur le loisir de gérer la caméra, puisque celle-ci n'est pas toujours idéalement placée. Enfin, au démarrage assez planantes, les musiques deviennent rapidement entêtantes et lassantes. A quand l'option permettant de glisser un CD dans le lecteur ?

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022