THE LEGEND OF ZELDA : BREATH OF THE WILD – PASS D’EXTENSIONS
Zelda no Densetsu: Breath of the Wild - Japon - 2017
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « The Legend of Zelda : Breath of the Wild – Pass d’extensions »
Genre : Aventure
Musique : Divers
Développeur : Nintendo
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 7 décembre 2017
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The Legend of Zelda : Breath of the Wild – Pass d’extensions »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Link se laisse guider par une voix invisible et se retrouve face à un nouveau défi : l'Épreuve du pilote de Rudania. Prenez le contrôle du tétralame Mort-Subite pour éliminer les campements de monstres, découvrir de nouveaux sanctuaires, conquérir un énorme donjon et bien plus encore.
Partagez sur :
epona no uta

Sans doute le titre qui sera considéré unanimement comme le jeu de l'année 2017, Breath of the Wild véritable prouesse videoludique et réinvention profonde d'une saga déjà légendaire, mérite largement qu'on s'y perde, et on qu'on y revienne. Et quoi de mieux comme prétexte que les deux add-on Les Epreuves légendaires et Ôde aux prodiges, disponibles dans un même package.

Le premier est accessible depuis le mois de juin, le second vient tout juste d'être mis en ligne, mais les deux partagent clairement une même logique, une même volonté. Non pas de chambouler le jeu tel qu'on le connait ou de lui apporter des blocs scénaristiques supplémentaires (de toute façon le scénario dans ce Zelda...), mais surtout de pousser encore et toujours le joueur à traverser de long en large une carte qui regorge encore et toujours de secrets. Vous croyez tout savoir d'Hyrule ? Que nenni, dès le premier Les Epreuve légendaires, la nouvelle option Hero's Path permet de faire apparaitre tout le chemin parcouru depuis le lancement du jeu... et de se rendre compte de ces immenses zones restées vierges ou à distance de notre quête. Eclairant, tout comme ces nombreux objets inédits disponibles dans les deux extensions, dont on découvre les indices de la localisation dans des livres disséminés un peu partout, entrainant là encore le joueur vers des contrées qu'il doit reconnaitre et qu'il croyait connaitre sur le bout des doigts. L'opportunité de se vêtir de costumes de garde, de la défroque de Tingle, du masque de Majora, du casque de Midona, ou de monter un véhicule échappé du dernier Mario Kart, restent malgré leurs bonus respectifs finalement bien plus anecdotiques que le chemin parcouru pour les obtenir. Même sensation inévitablement avec l'attrait phare de l'Ôde aux prodiges qui sous couvert de quelques révélations cinématiques sur le destin des fameux héros d'autrefois (comme la fin même du jeu, le résultat est tout de même bien succinct), fait apparaitre sur les terres d'Hyrule de nouveaux sanctuaires au level design aussi malins et grandiloquents que retors.

 

le guerrier ultime


Des petites pépites qui ne se laissent approcher qu'après avoir éliminer des hordes de gobelins pour les quatre premiers... mais attention en portant uniquement une arme capable de tuer les ennemis d'un seul coup. Facile ? Pas vraiment puisque ce même artefact rend Link susceptible de périr lui aussi au moindre de choc. Un parcours tendu, mais tactique aussi éreintant que passionnant, qui trouve un second souffle avec la partie suivante en forme de chasse aux trésors mêlant des photos comme indices et des indications dissimulées dans les chants d'Asarim, le Piaf poète. Une nouvelle, longue, traversée donc, en long et en large, mais qui n'entame jamais le plaisir de la découverte. Même la confrontation réhaussée contre d'anciens boss séduit par ses variantes bien senties.

Et question de varier un peu les plaisirs, il reste L'épreuve de l'épée qui attend le héros dans la Forêt Korogu. Après avoir replanté son épée légendaire, Link est transporté dans une succession d'arène, sans armes ni objet, et doit gravir les niveaux un à un en usant et en récoltant au mieux les outils mis à sa disposition. Un Kohlanta de l'extrême et une version Master Quest d'une île découverte quelque part vers le sud-est de la carte, qui va mettre l'esprit tactique, la discrétion, et la stratégie de combat à rude épreuve... Un moment de bonheur pur pour les adeptes d'expériences corsées et des Die and retry, qui vont sans aucun doute se jeter immédiatement sur le nouveau Mode Expert, rehaussant les capacités de tous les ennemis d'un cran tout en en rajoutant une tripotée se déplaçant sur des plateformes volantes. Loin de n'être qu'une sortie commerciale donc, ce Pass complet s'intègre à merveille dans le jeu, et en exploite jusqu'au bout sa logique, ajoutant encore à sa durée de vie considérable une bonne vingtaine d'heures. On ne quitte jamais vraiment Hyrule finalement.

Nathanaël Bouton-Drouard












Partagez sur :
 

Pas de suprise, pas de nouveauté, le moteur du jeu reste égal à lui-même et même, surprise, le téléchargement de ces extensions est extrêmement rapide... quitte à penser que son contenu était déjà en train de chauffer dans la cartouche (suspect ?). Les nouveaux sanctuaires sont bien entendu admirablement modélisés, les ruines qui ont poussé dans le paysage s'y intègrent à merveille, tout autant que les cinématiques inédites qui possèdent toujours ce petit charme frais et naïf d'origine.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022