HYRULE WARRIORS : DEFINITIVE EDITION
Zelda Musou: Hyrule All Stars DX - Japon - 2014/2018
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Hyrule Warriors : Definitive Edition »
Genre : Beat'em all
Développeur : Omega Force
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 18 mai 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Hyrule Warriors : Definitive Edition »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Le fragile équilibre de la Triforce a été rompu et le royaume d'Hyrule est une fois de plus menacé par des hordes maléfiques, menées cette fois par Cya, la sorcière noire. L'heure est venue pour Link, le légendaire héros, d'affronter les légions d'ennemis et de retrouver la princesse Zelda.
Partagez sur :
Assaut Final

Après Hyrule Warriors sur WiiU et Hyrule Warriors Legends sur 3DS, voici Hyrule Warriors Definitive Edition (parole, parole) sur Nintendo Switch. Retour massif pour le beat'em all fantasy d'Omega Force, effectivement gavé à bloc.

Déjà quatre ans que la première copie d'Hyrule Warriors a démontré que l'univers de Zelda pouvait habilement se dériver à une sauce plus guerrière qu'on le pensait. Depuis il y a eu un Fire Emblem Warriors plus énergique, une mouture améliorée sur 3DS sous le titre Hyrule Warriors Legend et un Breath of Wild aussi révolutionnaire que sa console la Nintendo Switch. C'est bien entendu sur cette dernière que revient le Musou façon Tri-Force preuve que l'éditeur n'a pas encore fini de recycler son catalogue WiiU. Bien entendu la méthode est éprouvée avec une cartouche qui s'efforce de préserver les qualités initiales tout en récupérant directement les performances de Legends avec le zapping libre entre les quatre unités, les téléportations qui rééquilibrent le chalenge et les personnages supplémentaires auxquels s'ajoutent tous les DLC payant jusque-là.

 

plus on est de fou...


A l'arrivée ce n'est pas moins de 29 personnages jouables à débloquer qui viennent habiter le rooster, un peu moins d'une dizaines de map inspirées d'épisodes canoniques qui s'intègrent dans les modes libre et challenge... et des tous nouveaux costumes hérités de Breath of Wild. On n'oubliera pas au passage une nouvelle limite pour les armes et équipement qui s'évadent désormais jusqu'à 4+. Déjà plutôt costaud en terme de durée de vie, Hyrule Warriors explose le compteur, et le combo kill dès lors qu'on s'amuse à piétiner les armées grouillantes dans la peau de Ganon pour un challenge défouloir en bonne et due forme. Mieux qu'un Best of, une version exhaustive idéale pour les nouveaux joueurs et les complétistes, mais qui reste tout de même très timide dans les véritables améliorations de sa structure. Pas vraiment de retouche d'un Level Design aujourd'hui un peu rébarbatif (surtout les premières maps) ou d'un gameplay qui aurait pu être fluidifié encore malgré ses qualités, le jeu reste fidèle à lui-même... essentiellement pour le meilleur il est vrai.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

La collaboration avec Nintendo fait clairement du bien à Omega Force qui se pousse à booster considérablement ses moteurs graphiques avec des modélisations plus soignées, des animations plus fluides et des textures moins honteuses. Assez honorable jusque-là en dehors d'un passage sur la 3DS « normal » (par opposition à la New) qui faisait un peu mal, le titre ne bouscule pas vraiment les attentes sur Switch. Très équivalent sur la télé ou sur l'écran portable, avec les petites baisse attendue de framerate dans les passages les plus corsés, le gain se fait essentiellement du coté de l'affichage 1080p beaucoup plus détaillé.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022