DANCE CENTRAL
Japon / Etats-Unis - 2010
Image plateforme « Xbox 360 »
Image de « Dance Central »
Genre : Musique
Musique : Divers
Développeur : Harmonix
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : MTV Games
Date de sortie : 10 novembre 2010
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Dance Central »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Musclez vos jambes et vos bras, il va falloir être en forme pour faire chauffer les dance-floors et maitriser toutes les chorégraphies des derniers tubes du moment.
Partagez sur :
Saturday Night Fever !

Créateur de Guitar Hero, puis concepteurs de Rock Band, le studio Harmonix a totalement changé la manière d'aborder le jeu vidéo musical en s'efforçant de rester au plus près des performances originales tout en offrant un habillage chiadé et fun. Pas étonnant que ces derniers s'intéressent immédiatement aux possibilités du nouvel accessoire Microsoft : Kinect.

Une bonne nouvelle il est vrai, tant pour l'instant les possibilités du détecteur de mouvements n'ont pas été farouchement exploitées. Mais pas de guitare ici ou de batterie envahissant le salon puisque que comme son nom l'indique, Dance Central est un jeu de... danse (bravo pour les trois qui ont trouvé la réponse). Et encore une fois toute l'idée est de marquer sa différence, et repousser les habitudes d'athlète en herbe qui se contentaient jusqu'ici d'agiter vaguement les Wiimotes ou de marteler sans effort chorégraphique un tapis fléché. Avec Dance Central, il faut reproduire véritablement les mouvements montrés à l'écran, suivre les chorégraphies et le rythme tout en s'efforçant de préserver un peu de style. Un exercice qui devrait en faire fuir certains, mais qui pourtant ici devient, sportif certes, mais surtout simple d'accès et amusant. Grâce à une programmation de Kinect qui tient ici enfin toutes ses promesses, la plupart des subtilités des mouvements du joueur sont précisément repérées, signalant d'un halo rouge les erreurs effectuées, mais sans jamais entraîner autre chose qu'une baisse de la note finale. Ici, pas de game over.

 

Boom boom huuuum


Et puis si les niveaux difficiles, ou tout simplement les derniers morceaux, vont demander énormément d'entraînement, chaque chorégraphie peut être décortiquée mouvement par mouvement, ralentie pour donner le temps d'apprendre à son propre rythme. Un niveau de difficulté savamment dosé qui permet à tous de s'amuser et d'enchaîner les compètes sur les dance floor, incarnées par quelques danseurs bien caricaturaux à souhait (le street boy, la pétasse à couettes, le latin lovers) et souvent bavards, mais qu'il faut pourtant suivre comme notre reflet dans un miroir. Dommage cependant qu'Harmonix se soit contenté ici de refourguer une trentaine de morceaux grand public et disparates (Lady Gaga, Kool & the Gang, Beastie Boys, Cascada, Snoop Dogg...) mais sans les réorganiser dans un mode carrière plus accrocheur. Pas de vrai mode multi-joueurs non plus, la participation d'un second acrobate ne se faisant que par un échange de place lors des passages de « free style »... En revanche, les futures chansons à télécharger, ça ils y ont déjà pensé puisque les premiers titres sont d'ores et déjà disponibles. Si l'on sent donc que cette nouvelle licence fait ici ses premiers pas, il est tout aussi clair après quelques heures de jeu que Dance Central est le meilleurs ambassadeur de Kinect  actuellement disponible, et prouve que parfois, oui, la manette peut être totalement inutile.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

On reconnaît immédiatement la touche du studio avec ses personnages caricaturaux à souhait,mais joliment modélisés, les effets de couleurs et de lumières en tout genre qui viennent accompagner chaque réussite ou échec du joueur. Du classique mais parfaitement efficace, qui impressionne cependant beaucoup moins que l'utilisation déjà précise de Kinect, ne serait-ce que dans la composition des menus, où la navigation « à la main » est parfaitement pensée et naturelle sous ses designs futuristes.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022